PFG

Communauté STEAM publique. Jeux vidéos, films, musiques, jeux de rôles et conneries. Voilà ce que sont les PFG.


    La Nature des Crocs

    Partagez
    avatar
    cybear69

    Messages : 17
    Date d'inscription : 20/07/2010

    La Nature des Crocs

    Message par cybear69 le Mar 3 Aoû - 18:23

    Chapitre un, Découverte

    Il faisait chaud dans la hutte, une marmite bouillonnait sur le feu et deux petits jouaient avec une peau d'antilope fraichement dépecée, la saisissant entre leurs marchoires et tirant chacun de leur côté en poussant des grognements.
    Hyiar-Har, leur mère les regardait tout en pré-machant la viande tendre du foie de la proie pour sa petite derniere avec intéret, se demandant qui des deux jeunes mâle deviendrait chasseur.
    Elle etait la femelle du plus fort des Gnolls et son statut lui conferait une place de choix dans la meute dans laquelle elle officiait en tant que soigneuse.

    Ecartant la peau qui faisait office de porte, Gr'ah-Har, le frere de sang de Hyiar-Har entra dans la piece commune en apportant un sac d'herbes médicinales que la guerisseuse lui avait demandé de rapporter. Il était petit pour un Gnoll et semblait toujours être ailleurs, se preoccupant plus de s'isoler seul au fin fond de la savane et d'observer la vie des Proies plutot que de chasser avec la Meute. Enfin, il etait tout de meme utile puisqu'il rapportait les bonnes herbes et racines pour ses remedes.

    D'un claquement rapide de dent, elle lui signifia son contentement. et d'un geste de la main, elle lui fit signe de déposer le sac d'herbes sur le plan de travail ou reposait mortiers et onguents.

    - Dit moi, Soeur, tu peux me donner de ce baume pour soigner les os cassés ?

    Hyiar-har considera son frère en se demandant ou il s'etait blessé et apres un rapide examen, elle vu qu'il etait indemne. En retroussant ses babines, elle lui demanda :

    - Pourquoi en a tu besoin, tu n'es pas blessé, un membre de la Meute a faillit au combat ?

    - Non, Soeur, mais j'en ai besoin pour...

    D'un geste, elle lui coupa la parole et lui lanca le pot d'onguent, sachant qu'elle ne pouvait pas lui refuser apres le service qu'il venait de lui rendre en disant

    - J'espere que tu as une bonne raison d'exiger ce payement. Il faut du temps pour preparer cette pommade.

    Réceptionnant le pot entre ses mains griffues, Gr'ah-har, s'inclina et remercia sa soeur en claquant des machoires puis il sortit de la hutte.

    Dehors, Une jeune femelle et un jeune mâle s'entrainaient au combat avec des haches et des boucliers de bois. Trop absrbés a se battre, il ne s'occupèrent pas de Gr'ah-har qui sorti du village, glissa le pot dans sa besace et pris la direction de l'ouest.

    Tout en marchant, il observait les signes imperceptibles de la nature qui lui indiquait que la saison des incendies de brousse allait bientot commencer. Ici les herbes etaient jaunies, la des buisons etaient secs et Les marabouts commencaient a revenir. Il pressa le pas et se mit a trotter.

    il courrait depuis plus de quatre heures quand, enfin, il arrivat en vue de l'endroit ou il se rendait : un ancien cercle de pierre dont certaine etaient tombées. Le lieu etait difficile d'acces et envahi par les ronces aux epines acérées. Il poussa une série de glapissements pour annoncer son arrivé et un aboyement lui repondit. Gr'ah-Har pénétra a l'inteieur du cercle en adressant une priere silencieuse a la force qui avait bati ce lieu et se dirigeat vers l'entrée de la grotte qui s'ouvrait entre les pieds du dolmen central.

    Apres une pente tres raide, il deboucha dans une piece octogonale de dix metres carré. ses yeux s'habituant a l'obscurité, il sorti l'onguent de son sac et s'approcha de la hyene qui etait couchée sur un lit de paille. Elle remuat la queue en voyant son maitre s'approchet et tenta de se relever mais ne du se resoudre a rester etendue tant sa patte arriere gauche la faisait souffrir.

    Avec douceur, Gr'ah-Har s'accroupi aupres d'elle et lui caressa l'encolure, il echangèrent quelques coups de langue sur la truffe, puis, il la coucha sur le coté. il toucha la patte de l'animal et Gr'a'Yia-Har lui saisit entre ses machoires puissantes ma main gauche. Elle pouvait lui broyer la main si elle le voulait. Il ouvrit le pot d'onguent de sa main disponible, plongeant deux doigts dna le pot il recupera de la pate odorante, il s'en étala sur la paumme de la main. Il posa sa main sur la cuisse de l'animal, la hyene commenca a serrer la main qu'elle tenait toujours dnas sa gueule, ses dents s'enfoncant dnas les chairs. Gr'ah-har se concentra pour oublier la douleur qu'il ressentait tout en se disant que c'etait un juste equilibre des choses, une douleur pour une douleur, et ce faisant, il senti se deverser en lui une legere chaleur douce. Légèrement paniqué, il vit sa main droite se mettre a luire d'une faible lueur bleue. Il senti sous la peau de l'animal comme si les os bougeaient, se remettaient en place, se ressoudaient.

    Il avait trouvé Gr'a'Yia apres que les chasseurs de sa tribu eussent tué la meute de hyene qui voulaient s'approprier la carcasse le l'antilope qu'ils venaient de traquer et chasser. Ils avaient éradiqué la meute de charognard mais avaient seulemnt blessé et assomé une jeune hyene.
    Touché par la vaillance dont elle avait fait preuve, Gr'ah-Har était revenu a la nuit tombé pour rendre hommage a la meute qui s'etait battu avec fougue, bravant l'ordre naturel en cette période de famine dans la savane.

    Non loin de l'endroit ou s'etait déroulé la scene de chasse et de combat, se trouvait une ancienne structure en pierre et s'etait la que le Gnoll avait emmené la hyene blessée toujours inconsciente. Il avait trouvé l'entrée de la grotte en ecartant les branches d'un buisson épineux apres avoir déposé la hyene blessée sur une ancienne table de pierre. En pénétrant dans le tumulus, il fut assaillit par une odeur de vieille poussiere. Il perdit l'equilibre en posant le pied sur la pente qui descendait et roula jusqu'au fond de l'ancienne tombe, s'enroulant dnas un reseau de toile fine. Un cliqueti alerta le gnoll qui se remit sur pied et tira son couteau de chasse. Une araignée grosse comme une tete humaine se precipitait sur lui

    D'un geste précis il l'immobilisat d'un pied en lui appuyant sur l'abdomen et lui planta la lame aiguisée dans le prosome, la clouant sur place. Une arignée de cette taille devait avoir un nid. Il sorti de son sac sa torche et avec son silex, il l'eclaira. tout au fond de la grotte, un cocon gros comme un phacochere palpitait. Une infestation d'araignée alors quela famine faisait rage etait bien le dernier des problemes que la région avait besoin. Gr'ah-Har Approcha alors la torche du cocon lui mettant le feu. Les petites araignées deja grosses comme une noix se consumèrent en poussant des sifflements aigus.

    Les flammes mirent le feu a toute la toile et Gr'ah-har du sortir précipitament, jetant la torche sur le sol et griffant la pente raide pour sortir. Apres quelques minutes, l'incendi prit fin par manque d'oxygene et n'ayant plus rien a bruler.Alors, le gnoll redecendit dans la oiece et a la lueur de la torche qui achevait de se consumer, il vit les anciennes gravures sur les murs. Intrigué, il passa ses doigts dessus, suivant les lignes des symboles et ce fut comme une implosion dans son crane. Il tomba a la renverse et perdit connaissance et il se mit a rever.

    Il se vit, comme il ne s'etait jamais vu, degageant de la puissance mais aussi autre chose, une sorte de force tranquille, il se vit au milieu d'animaux sauvages, certains de la savanes et d'autres qu'il n'avait jamais vu, Il se vit au sein d'une foret profonde et verdoyante, entouré de sa Meute, les dirigeant dans une chasse a l'ours sanguinaire, il se vit sur le dos d'une créature ailée sorte de croisement entre un aigle et un cheval, il vit les saisons passer, il vit la neige de l'hiver, l'explosion de vie du printemps, l'été et ses proies innombrables, l'automne et ses baies juteuses. Il vit également un lieu etrange ou betes et bipedes de toutes races co-existaient entre elle en un equilibre parfait et tandis qu'il revait, il sentit que quelqu'un l'observait dnas son reve. se concentrant comme jamais il ne s'en serait jamais cru capable, il tendit son esprit et tourna son regard mental vers l'endroit ou il se sentait observer et c'est alrs qu'il croisa un regard immense. Dans ces yeux se refletait toutes les saisons, il y brillait aussi une joie sauvage, un sentiment de toute puissance et il sut alors que c'etait et son propre regard et celui d'un autre dans le meme temps.

    Il reprit soudainement conscience et regarda ses mains comme si c'etait la premiere fois, s'eveillant a un nouvel etat d'esprit. il realisa alors qu'il avait laissé la hyene seule la bas, dehors. Il prit le temps de faire une litiere dans la grotte avec les graminées et mit la hyene toujours evanouie sur la couche et attendant son reveil en la caressant doucement, il reflechit sérieusement à l'Autre pour l'une des premieres fois de sa vie. La hyene se reveillat enfin et sa premiere reaction fut de grogner et de tenter de mordre Gr'ah-Har. Celui-ci se concentra un court instant et senti dans son esprit le picotement de celui de l'animal. Le hyene se calmat en un instant et se mit a lui lecher la main. Décontenancé par ce qui venait de se passer, il prit l'initiative de partir au village et prit la resolution de ramasser des herbes dont sa Soeur avait besoin pour ses décoctions.

    (note aux eventuels lecteurs Smile
    (je posterai une suite alternative un peu plus longue)


    Dernière édition par cybear69 le Mer 4 Aoû - 20:07, édité 1 fois
    avatar
    cybear69

    Messages : 17
    Date d'inscription : 20/07/2010

    Re: La Nature des Crocs

    Message par cybear69 le Mer 4 Aoû - 6:00

    En sortant de la grotte, Gr'ah-Har accompgné de Gr'a'Yia humat l'air, sentant une odeur qu'il ne connaissait pas, une odeur de fleur de printemps et d'un je ne sais quoi de plus entetant. La nuit etait tombée et tous ses sens en alerte, il sondat du regard la nuit alentour. Il devina plus qu'il e vit une forme equine et reconnu la silhouette d'une elfe qui la chevauchait. Un grondement sourd provint du fond de sa gorge, plutot que de se saisir de sa hache, il avisa un baton posé contre l'un des pied d'un des menhir. Il venait sans le savoir de reussir sa premiere epreuve.

    Un craquement sur sa droite lui fit tendre l'oreille et sans quitter des yeux l'elfe, il repéra un loup qui avancait furtivement a travers les ronces. Soudainement, il poussat un long hurlement qui eut pour effet de faire redresser le loup. Depuis longtemps, il savait comment reveler les canidés cachés en utilisant leurs propres cris. La hyene se prépara a bondir mais Gr'ah-Har d'un geste, d'un regard et d'un ordre la fit patienter.

    L'elfe sauta a bas de sa monture et se dirigeat vers le cercle de pierre. Elle marchait d'un pas décidé et un observateur humain aurait remarqué sa beauté presque surnaturelle avec ses formes harmonieuses.Elle Cria un mot : Vho-Djah ! Et la louve en contournant le Gnoll et la hyene vient se placer sous une arche de pierre. L'Elfe penetra a son tour sous les pierres et l'espace d'un instant le Gnoll crut voir une aura verte se degager d'elle. Mieux encore, la végétation déséchée elle-meme semblait reprendre vie. C'est alors qu'elle prit la parole dans une langue etrange et Gr'ah-Har la comprit.

    - Saches que je viens les intentions sans agressivité, en Soeur de la Nature.

    Le Gnoll repondit a sa plus grande stupéfaction dans le meme idiome sans quitter sa posture de combat

    - Garde tes distances Elfe, je ne craint pas la mort car elle fait partie de mon existance.

    - Je t'observe depuis quelques temps déjà et tu m'interresse beaucoup, c'est avec respect que je m'adresse a toi, d'égal a égal, de créature de la nature a une autre.

    Gr'ah-Har se détendit quelques peu, des histoires courraient sur des elfes ou des humains qui se battaient pour l'ordre naturel et si on ne les cherchait pas, il ne venait pas vous chercher querelle. De plus, ils disposaient de fantastiques dons.

    L'elfe se passa une main dans les cheveux et caressa avec lenteur le dos de sa louve. Elle reprit la parole:

    - Je suis Viwen, depuis trois lunes déja que je suis sur ces terres, je te piste et je t'observe sans que tu ne m'ais jamais remarquée. Ta derniere action, de venir ici meme dans cet endroit sacré entre tous et de commencer a le nettoyer et le purifier m'a décidé de venir devant toi pour te parler.

    Apres une courte pause, elle reprit

    - Le fait meme que tu puisse me comprendre et me parler m'ont convaicue de ce que je pensais, tu es un élu de la nature, au meme titre que moi. Le language que nous parlons en ce moment meme est une langue secrete, connue seulement des Druides et de leurs initiés.

    Gr'ah-Har répondit :

    - Je suis Gr'ah-Har, Fils de Traa'gha-Har du clan des Os qui Brillent sous la Lune, que me veux tu, toi qui m'as traqué comme une proie et épargné ?

    - J'ai suivi les signes que tu laissais derriere toi, j'ai vu tes action et senti en toi un potentiel qui m'a intrigué au debut et qui, au final m'a mis sur la voie. Tu as été choisi par une force qui te dépasse pour suivre la voie de la nature. Le lien qui s'est créé entre toi, Gr'ah-Har et cette hyene est une des preuves que j'avance. Le seconde preuve est la guérison de sa patte cassée...

    Le Gnoll se détendit et se gratta la tete comme si il reflechissait. Apres sa vision, cet enchainement de situations semblait logique. Il leva la main gauche en signe de paix et Gr'a'Yia se roula ses pieds en poussant des glapissements de joie.

    Et ce fut le temps d'un long apprentissage.

    Gr'ah-Har mit de la distance entre lui et son village, participant de moins en moins aux chasses. Sous les directives de Viwen, il rendit au cercle de pierre sa fonction premiere, un sanctuaire de la nature.Il apprit a ne pas se moquer de l'elfe irrascible, se retrouvant immobilisé au sol apres avoir plaisanté sur les Elfes. Il apprit également comment apporter des soins au bosquet sacré.A eux deux, ils refirent jaillir l'ancienne source et la sanctifièrent selon un rite connu de l'elfe.

    Les mois passèrent, la saison des incendies passa sans faire de victimes, Gr'ah-Har apprenait a une vitesse deconcertante pour un Gnoll et lors de veillées au coin du feu il devisait longement avec l'elfe. Il lui expliqua la Chasse et ses Rites, l'isolement de son village et son unicité en regard des autres cités Gnolles, la simplicité de la vie du village et l'ambition de Hier'oh-Graath, l'actuel chef de Meute, un parvenu violent qui ne souhaitait que la guerre.

    La vie semblait s'ecouler paisiblement. Pourtant apres l'ecoulement d'une année, Viwen commence a s'absenter de plus en plus longtemps, ne revenant que pour quelques jours. Gr'ah-Har pourtant habitué a ses disparitions.

    Un soir, Viwen vint a lui, elle lui demanda de l'accompagner. Sur la table de pierre était posée une serpe, un symbole druidique representant un gland d'argent et une branche de gui. D'un geste solannel, elle commenca un rituel de purification sur les objets. Apres une ulime révérence, elle prit la serpe, la présenta a la lune pleine et la tendit a Gr'ah-Har. Il s'inclina et prit la serpe entre ses mains et celle ci se mit a luire brievement. Elle prit ensuite la brache de gui, la sanctifia une ultime fois et l'accrocha a la criniere du Gnoll, encore une fois, une lueur illumina l'objet brievement. Enfin, se saisissant du symbole sacré, elle le présenta aux quatres points cardinaux et passa la fine chaine autour du coup de Gr'ah-Har. cette fois-ci, ce fut tout leurs corps qui brillerent d'un eclat emeraude. Enfin, elle fit lui fit une accolade en lui murmurant a l'oreille que les augures etaient bonnes pour lui et qu'il se devait etre fort pour les epreuves qui allaient bientot se dresser devant lui.

    Viwen enfin defit son ceinturon ou pendait son cimeterre et avec toute la déference dont elle pouvait faire preuve elle le ceignit a la taille de Gr'ah-Har en lui mumurant le nom de l'arme. Elle lui expliqua que la lame etait enchantée et qu'en invoquant son nom, elle reviendrait toujours a son coté.

    Elle lui annonca qu'a partir de maintenant, il devrait trouver lui meme sa voie et qu'il aurait tres bientot la visite d'un groupe d'aventurier aupres desquels il devrait faire ses preuves.
    Elle lui annonca qu'elle se devait de partir cette nuit meme pour retourner aupres de son propre bosquet mais qu'elle serait toujours presente quelque part, non loin de lui.

    Apres son départ, Gr'ah-Har poussat un long hurlement a la lune pour masquer son chagrin, sa hyenne se joignant avec lui, partageant sa detresse. Parfois certains soirs de pleines lune, il hurle encore a la lune.

      La date/heure actuelle est Mer 12 Déc - 19:20